Fonte de la banquise – «Une rupture hors norme a eu lieu en Antarctique»
Publié

Fonte de la banquise«Une rupture hors norme a eu lieu en Antarctique»

Malgré le réchauffement climatique, la superficie de la banquise antarctique a légèrement crû jusqu'en 2014. Mais cette tendance s'est brusquement inversée l'année dernière.

La banquise de l'Antarctique est-elle en train de s'étioler à l'instar de celle de l'Arctique? À cette question, les scientifiques n'ont pas de réponse définitive, même si le continent blanc est touché de plein fouet par le réchauffement. «Les variations sont toujours importantes d'une année sur l'autre mais il y avait jusqu'en 2014 une légère tendance à la hausse» de la superficie de la banquise antarctique, explique David Salas y Melia, chercheur au Centre national de recherches météorologiques de Météo France.

Paradoxalement, cette légère extension n'était pas un signe de refroidissement du continent, où le réchauffement a été de presque 3 °C au cours des 50 dernières années, souligne le chercheur. Mais en novembre 2016, «une rupture hors norme» dans les relevés statistiques a eu lieu, a détaillé David Salas y Melia lors d'une rencontre avec la presse. Une fonte «exceptionnelle» a brusquement eu lieu et la banquise, formée d'eau salée glacée, a perdu presque deux millions de km² par rapport à la moyenne des 30 dernières années à cette période: 14,5 millions contre 16,35 millions de km² sur 1981-2010.

Nouveau cycle?

«C'est un phénomène d'une ampleur inédite et nous avons hâte de voir comment la banquise va évoluer en 2017», confie le scientifique, qui supervise une unité de recherche de 80 personnes travaillant sur la modélisation du climat et les prévisions saisonnières. À la fin de l'été austral (fin février-début mars) et donc de la fonte des glaces, un autre record a été battu: l'étendue minimale de la banquise a été la plus faible jamais enregistrée avec 2,1 millions de km² contre 2,29 millions en 1997.

Sur la base de ces deux records, peut-on imaginer que la banquise de l'Antarctique est entrée dans un nouveau cycle, orienté nettement à la baisse, comme en Arctique? «Il est trop tôt pour l'affirmer», estime le chercheur, même si au cours du siècle «la couverture de la banquise diminuera probablement en Antarctique, comme c'est déjà le cas en Arctique». Mais à court terme, les phénomènes expliquant la tendance haussière des dernières années seront encore présents.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion