Tour de France – Une semaine difficile pour les Luxembourgeois
Publié

Tour de FranceUne semaine difficile pour les Luxembourgeois

LUXEMBOURG/FRANCE – La première semaine du Tour de France n’a pas été de tout repos pour Bob Jungels, Laurent Didier et Ben Gastauer

Ben Gastauer a eu un rôle décisif dans la victoire d'étape d'Alexis Vuillermoz, dimanche.

Ben Gastauer a eu un rôle décisif dans la victoire d'étape d'Alexis Vuillermoz, dimanche.

Editpress/Gerry_schmit, Gerry Schmit

Après neuf jours de course, les trois Luxembourgeois engagés dans le Tour de France sont très loin au classement général. Le mieux classé, Ben Gastauer (AG2R – La Mondiale) est 105e, à 32 minutes de Christopher Froome. Il faut dire que les trois coureurs n’ont pas été épargnés par le sort durant la course.

Ils ont même par moments montré de belles choses, à l’image de Bob Jungels (Trek), le champion national en ligne et en contre-la-montre. Il a débuté son premier grand tour sur de très bonnes bases, avec un prometteur 15e temps lors du chrono inaugural. Malheureusement, il s’est ensuite retrouvé piégé plusieurs fois lors des cassures et des bordures, notamment lors de la deuxième étape en Belgique, perdant toute chance de bien figurer au classement général.

Gastauer, équipier décisif dans la victoire de Vuillermoz

Ces difficultés, en partie imputables à son manque d’expérience en course, ne l’ont pas empêché d’abattre un bon travail d’équipier, sa mission première sur ce Tour. Il a notamment été précieux lors de l’étape des pavés, mardi, et lors du contre-la-montre par équipes, dimanche. Il a aussi suivi les meilleurs lors de l’étape menant le peloton à Mûr-de-Bretagne, terminant dans le même temps que les favoris pour la victoire finale.

Ben Gastauer n’a pas non plus été à la fête tous les jours. Il a notamment chuté lundi vers le mur de Huy. Plus de peur que de mal finalement, l’équipier fidèle a été en mesure d’abattre un gros travail pour ses leaders les jours suivants. Alexis Vuillermoz lui doit une fière chandelle: son coéquipier luxembourgeois l’a déposé au pied du Mûr de Bretagne, dimanche, lui servant de dernière rampe de lancement avant sa victoire d’étape.

Un parcours plus à leur convenance

Enfin, Laurent Didier n’a pas été épargné par la poisse. Dès le deuxième jour de course, dimanche dernier, il s’est blessé au genou. Trois jours plus tard, c’est une main qui lui faisait mal après une autre chute. Le natif de Dippach perdait beaucoup de temps les premiers jours de course, avant de retrouver peu à peu la forme.

Tout n’est donc pas perdu pour les trois Luxembourgeois. Après neuf journées nerveuses, les deux prochaines semaines de course leur offriront un parcours plus à leur convenance. Avec comme premier objectif d’aider leurs coéquipiers, mais aussi pourquoi pas de tenter une victoire d’étape si une occasion se présente. En attendant, la journée de repos de lundi devrait faire du bien à tous les organismes.

(Joseph Gaulier/L'essentiel)

Ton opinion