En Grande-Bretagne – Une souche de coronavirus «hors de contrôle»

Publié

En Grande-BretagneUne souche de coronavirus «hors de contrôle»

La nouvelle forme de virus apparue en Angleterre est encore plus contagieuse que les précédentes et inquiète les scientifiques.

Londres doit se reconfiner pour faire face à la nouvelle souche de virus.

Londres doit se reconfiner pour faire face à la nouvelle souche de virus.

AFP/Niklas Halle'n

Le ministre de la Santé britannique, Matt Hancock, a indiqué dimanche que la nouvelle souche de nouveau coronavirus était «hors de contrôle» pour justifier le reconfinement de Londres et d'une partie de l'Angleterre, qui pourrait, selon lui, durer jusqu'au déploiement d'un vaccin. «Malheureusement la nouvelle souche était hors de contrôle. Nous devions reprendre le contrôle, et la seule manière de le faire, est de restreindre les contacts sociaux», a déclaré Matt Hancock sur Sky News.

«Ce sera très difficile de la garder sous contrôle jusqu'à ce qu'un vaccin soit déployé», a-t-il ajouté. Le gouvernement du conservateur Boris Johnson a annoncé samedi soir le reconfinement de Londres, du sud-est de l'Angleterre et d'une partie de l'est, contraignant plus de 16 millions d'habitants à rester chez eux et à renoncer aux retrouvailles de Noël.

«Énorme défi»

Les commerces non essentiels ont fermé et tous les déplacements en dehors de ces zones, placées sous le niveau d'alerte le plus élevé, que ce soit pour aller ailleurs au Royaume-Uni ou à l'étranger, sont interdits. Les pubs, restaurants et musées y étaient déjà fermés depuis mercredi. «C'est un énorme défi jusqu'à ce que nous ayons déployé le vaccin pour protéger les gens. C'est ce à quoi nous serons confrontés au cours des deux prochains mois», a prévenu Matt Hancock.

Le Royaume-Uni a informé l'Organisation mondiale de la santé (OMS) de la propagation plus rapide de la nouvelle souche, «jusqu'à 70%» selon le Premier ministre Boris Johnson. De précédentes mutations du SARS-CoV-2 ont déjà été observées et signalées dans le monde. Le conseiller scientifique du gouvernement, Patrick Vallance, avait indiqué samedi que cette nouvelle variante, en plus de se propager rapidement, devenait aussi la forme «dominante», ayant entraîné «une très forte hausse» des hospitalisations en décembre. Elle serait apparue mi-septembre à Londres ou dans le Kent (sud-est), selon lui.

Si elle est plus contagieuse, «rien n'indique pour le moment que cette nouvelle souche cause un taux de mortalité plus élevé ou qu'elle affecte les vaccins et les traitements, mais des travaux urgents sont en cours pour confirmer cela», affirme Chris Whitty, médecin-chef de l'Angleterre.

Déjà des milliers de mutations

L’information «sur cette nouvelle souche est très préoccupante», selon le Pr Peter Openshaw, immunologiste à l’Imperial College de Londres, cité par Science Media Centre. Notamment parce qu’«elle semble de 40% à 70% plus transmissible». «C’est une très mauvaise nouvelle», renchérit le Pr John Edmunds, du London School of Hygiene & Tropical Medicine: «Il semble que ce virus est largement plus infectieux que la souche précédente».

Sur sa page Facebook le généticien français Axel Kahn a rappelé qu’à ce jour, «trois cent mille mutants de CoV-2 ont été séquencés dans le monde». La nouvelle souche porte notamment une mutation, nommée N501Y, dans la protéine de la «spicule» du coronavirus, la pointe qui se trouve à sa surface et lui permet de s’attacher aux cellules humaines pour les pénétrer. Selon le Dr Julian Tang, de l’Université de Leicester, «cette mutation N501Y circulait déjà sporadiquement bien plus tôt cette année en dehors du Royaume-Uni, en Australie en juin-juillet, aux Etats-Unis en juillet et au Brésil en avril».

«Les coronavirus mutent tout le temps et il n’est donc pas surprenant que des nouveaux variants du Sars-CoV-2 émergent», rappelle le professeur Julian Hiscox, de l’université de Liverpool. «Le plus important est de chercher à savoir si ce variant a des propriétés qui ont un impact sur la santé des humains, les diagnostics et les vaccins».

(L'essentiel/afp)

Vols suspendus

Après les Pays-Bas, qui ont suspendu dimanche tous les vols de passagers en provenance du Royaume-Uni, l’Allemagne envisage «sérieusement» une mesure identique, en y ajoutant l’Afrique du sud. L'Italie a annoncé une mesure similaire.

La Belgique s’apprête à le faire pour les liaisons aériennes et ferroviaires. La France «suit de près» la situation.

Ton opinion