En Ouganda – Une tonne d'ivoire volée aux autorités

Publié

En OugandaUne tonne d'ivoire volée aux autorités

Plus d'une tonne de défenses d'éléphants qui avaient été confisquées par le gouvernement ougandais, et d'une valeur estimée à plus de 800 000 euros, a été dérobée.

Plus de 35 000 éléphants sont tués tous les ans en Afrique, victimes de braconniers qui revendent leurs défenses.

Plus de 35 000 éléphants sont tués tous les ans en Afrique, victimes de braconniers qui revendent leurs défenses.

AFP

Le président Yoweri Museveni a ordonné une enquête sur ce vol perpétré dans les coffres de l'autorité de gestion de la flore et de la faune ougandaise (Uganda Wildlife Authority/UWA), dont des membres sont soupçonnés de complicité avec les trafiquants, précise le quotidien pro-gouvernemental New Vision. «Nous avons commencé l'enquête préliminaire», a affirmé Ali Munira, de l'organisme de lutte anticorruption ougandais, cité par le journal.

La UWA a reconnu que 1 335 kg d'ivoire d'une valeur de 1,1 million de dollars (800 000 euros) avaient disparu de ses stocks, pourtant a priori ultragardés. Le braconnage est en forte hausse en Afrique depuis quelques années, alimenté par une demande croissante d'ivoire ou de cornes de rhinocéros sur les marchés asiatiques. Dans l'affaire de l'ivoire ougandaise dérobée sous le nez des autorités, des responsables corrompus sont soupçonnés d'avoir pioché dans les stocks en prétextant vouloir piéger des trafiquants, mais d'avoir au bout du compte finalement eux-mêmes revendu la précieuse marchandise.

Selon le Fonds mondial pour la nature (WWF), l'Ouganda est un pays de transit majeur dans le trafic mondial d'ivoire. La semaine dernière, l'ambassadeur américain dans le pays s'était déjà inquiété de la disparition de cette tonne d'ivoire. «Nous espérons qu'il y aura une enquête et que les coupables seront identifiés et poursuivis pour montrer l'engagement (des autorités) dans la protection de la faune et de la flore», avait ainsi déclaré Scott DeLisi. Le chef de la UWA, Raymond Engena, a de son côté assuré que son agence «restait engagée dans la lutte contre le commerce illégal de la faune et de la flore et contre le braconnage».

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion