Question environnementale – Une transition énergétique, oui mais comment?
Publié

Question environnementaleUne transition énergétique, oui mais comment?

LUXEMBOURG - Les résidents luxembourgeois approuvent la politique énergétique du pays mais ne croient pas aux objectifs fixés pour 2030, selon le baromètre Enovos, publié jeudi.

79% des citoyens luxembourgeois pensent que la transition énergétique est nécessaire.

79% des citoyens luxembourgeois pensent que la transition énergétique est nécessaire.

AFP

Le Luxembourg fait jeu égal avec la Belgique, avec 54 points sur 100. Il est juste devancé par l’Allemagne (55 points), tandis que la France est dernière avec 53 points. Telles sont les conclusions du premier baromètre Enovos Readiness Index sur la transition énergétique, réalisé en collaboration avec TNS-ILReS et TNS Infratest. 531 experts dans les secteurs de l'immobilier, de l'architecture et du génie civil ainsi que dans le secteur énergétique et l'artisanat et 1 000 citoyens par pays ont donné leur avis sur l’état actuel de la transition énergétique.

Selon les auteurs de l'étude, le Grand-Duché est même un précurseur: 90% des experts et 79% des citoyens sont d’avis que la transition énergétique est nécessaire, c'est plus que dans les autres pays. Contrairement à leurs voisins, les résidents luxembourgeois sont pour l’instant assez satisfaits de la politique énergétique de leur pays. Dans le domaine des prix, le Grand-Duché constitue également une exception: les experts et citoyens interrogés évaluent la stabilité des prix en ce moment comme «plutôt bonne».

Scepticisme sur les émissions de gaz à effet de serre

Les experts et les citoyens des différents pays estiment que la transition énergétique ne sera pas terminée d’ici 2030. Seuls 20% des experts luxembourgeois sont «tout à fait certains» ou «certains» que la transition énergétique aura eu lieu d’ici 2030. Les Luxembourgeois sont donc les plus pessimistes. Les experts allemands et belges sont les plus optimistes, avec 37%. Ce pourcentage chute à 24 pour les experts français.

Les personnes interrogées sont également sceptiques au sujet de l’objectif de la Commission européenne de réduire de 20% les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2020. 62% des experts luxembourgeois, 61% des experts français, 57% des experts allemands et 36% des experts belges considèrent cet objectif comme irréaliste.

(pp/L'essentiel)

Ton opinion