Football féminin: Une Ukrainienne réfugiée va participer à la finale de l’Euro

Publié

Football fémininUne Ukrainienne réfugiée va participer à la finale de l’Euro

Maryna Striletska officiera comme juge de ligne lors de la finale entre l’Angleterre et l’Allemagne, ce dimanche à Wembley. Elle a fui la guerre et s’est préparée en Suisse.

par
PAC/Law
Maryna Striletska lors du quart de finale remporté par la Suède contre la Belgique.

Maryna Striletska lors du quart de finale remporté par la Suède contre la Belgique.

IMAGO/Sportpix

Des bruits de bombes aux chants des supporters anglais. Quatre mois après avoir fui la guerre en Ukraine pour se réfugier en Suisse, Maryna Striletska se retrouve en finale de l’Euro. Elle officiera comme juge de ligne pour le duel opposant l’Angleterre à l’Allemagne, ce dimanche à Wembley, où plus de 87 000 spectateurs sont attendus – un record pour un championnat d’Europe, masculin ou féminin.

À la suite de l’invasion russe, cette Ukrainienne de 38 ans a quitté son pays mi-mars avec sa fille de 11 ans, mais sans son mari, qui a dû rester pour combattre l’agresseur. Après un périple de 4 jours, elle a trouvé refuge chez sa sœur, domiciliée à Bâle. Puis a retrouvé la force de pratiquer sa passion.

Paulina Baranowska, Kateryna Monzul et Maryna Striletska dirigeront la finale à Wembley.

Paulina Baranowska, Kateryna Monzul et Maryna Striletska dirigeront la finale à Wembley.

IMAGO/ANP

«Oublier l’horreur»

«Le football permet d’oublier, au moins pendant deux heures, l’horreur qui se déroule dans mon pays d’origine», explique Striletska dans des propos rapportés par 20 Minuten. Ce printemps, l’Ukrainienne a participé à neuf rencontres de Promotion League, deux de 1re ligue et une de Women’s Super League. «Les arbitres sont très aimables, ils essaient de nous aider même dans des situations qui n’ont rien à voir avec le sport, a-t-elle expliqué à bajour.ch. Pendant les matches, nous nous comprenons parfaitement malgré la barrière linguistique. Le langage du football est universel.»

Durant cet Euro 2022, Maryna Striletska fait équipe avec sa compatriote Kateryna Monzul – qui officie en tant qu’arbitre principale – et la Polonaise Paulina Baranowska. Monzul, première femme à siffler en première division masculine en Ukraine, a quant à elle trouvé refuge en Italie, quelques semaines après le début de la guerre. Le trio a déjà dirigé trois parties dans cette compétition: Espagne – Finlande (4-1) et Autriche – Norvège (1-0) en phase de groupes, ainsi que le quart de finale entre la Suède et la Norvège (1-0). Un joli geste de l’UEFA qui leur mettra du baume au cœur durant quelques heures.

Ton opinion

3 commentaires