Accusations de favoritisme – Une vice-présidente du Grand Est dans la panade

Publié

Accusations de favoritismeUne vice-présidente du Grand Est dans la panade

STRASBOURG - «Le Canard enchaîné» révèle, dans son édition de ce mercredi, que Lilla Merabet, vice-présidente du Grand Est, aurait favorisé la start-up de son compagnon.

Lilla Merabet, vice-présidente de la région Grand Est, aurait «oublié» de déclarer à la haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) ses parts dans une holding financière, rapporte Le Canard enchaîné dans son édition de ce mercredi. Elle aurait, toujours selon le journal français, relayé par les Dernières nouvelles d'Alsace, favorisé l'entreprise Fibermetrix de son compagnon.

La société aurait en effet bénéficié d'un investissement de 600 000 euros dans le cadre de l'incubateur de start-up SEMIA, présidée par Lilla Merabet. Un financement prodigué par le Conseil régional via Capital Grand Est, structure au sein de laquelle siège la vice-présidente.

L'élue s'est défendue auprès du Canard enchaîné en disant «ignorer qu'il fallait mentionner» auprès de la HATVP les changements intervenant en cours de mandats. Elle exclut aussi le favoritisme. «Je ne connais pas toutes les start-up que nous finançons», prétend-elle. Le président de la région, Jean Rottner, a convoqué sa vice-présidente pour lundi matin et a saisi le déontologue pour une audition de Lilla Merabet, d'ici la fin de la semaine.

(L'essentiel)

Ton opinion