Mobilité au Luxembourg – Une voie de covoiturage testée sur l'A6 fin mai
Publié

Mobilité au LuxembourgUne voie de covoiturage testée sur l'A6 fin mai

LUXEMBOURG - Le bande de covoiturage terminée entre Arlon et Sterpenich, sur l'E411, a donné des idées au Luxembourg, qui va la tester sur l'autoroute A6, dès la Pentecôte.

Une voie de covoiturage va voir le jour à la fin du mois au Luxembourg, après le poste-frontière de Sterpenich, en direction de Luxembourg sur l'A6.

Une voie de covoiturage va voir le jour à la fin du mois au Luxembourg, après le poste-frontière de Sterpenich, en direction de Luxembourg sur l'A6.

«Plus de personnes doivent pouvoir se déplacer vers le Luxembourg, tout en diminuant le nombre de voitures sur les autoroutes», a martelé ce lundi, le ministre de la Mobilité et des Travaux publics, François Bausch. Lors de la présentation d’une étude concernant la faisabilité sur l’utilisation de la bande d’arrêt d’urgence sur l’autoroute A6, François Bausch et le directeur de l’Administration des ponts et chaussées, Roland Fox, se sont montrés confiants.

«Selon les résultats d'une récente étude, établir une stratégie de covoiturage sur le réseau autoroutier est possible en adaptant et en élargissant les bandes d’arrêt d’urgence. Mais il y a encore du pain sur la planche», a reconnu Roland Fox. Cette stratégie devrait également concerner les autoroutes A3 et A4 à l’avenir. D'ici là, une phase test est attendue dès les vacances de Pentecôte, à partir du samedi 25 mai, et se prolongera jusqu’à la fin de cet été, sur l’A6. Si le test est concluant, les travaux débuteront en 2021 pour une durée estimée de deux ans.

90 km/h au lieu de 130

Concrètement, sur la bande d'arrêt d'urgence, les automobilistes venant de la frontière belge devront s’adapter à de nouvelles limites de vitesse pendant les heures de pointes matinales (de 6h15 à 9h30) et en soirée (de 15h à 18h15). Au lieu des 130 km/h habituels, ils seront soumis à une limitation de 90 km/h, et ce jusqu’à l’échangeur de Kirchberg. Selon le directeur des ponts et chaussées, «cette mesure permettra une fluidité du trafic, qui évitera les bouchons et les accidents».

Pour rappel, en amont et en Belgique, à la suite des récents travaux sur l'E411 entre Arlon et Sterpenich, il est désormais possible d'emprunter une bande de covoiturage à la vitesse de 50 km/h, à condition de se trouver à trois personnes dans le même véhicule.

60 millions d'euros

«Avant de passer aux chantiers, nous devons tout d’abord travailler sur le côté théorique», a précisé Roland Fox, «notre plus grand souci était d’avoir un concept réalisable. Nous devons encore voir les étapes de construction et élaborer le projet en détail qui doit d’abord être voté par la Chambre des députés». Un projet qui, selon les estimations du ministère, coûtera environ 60 millions d’euros. Dont 7,5 millions d’euros seraient prévus pour les systèmes de surveillance et la signalisation.

«Les systèmes de contrôle sur la bande de covoiturage sont encore en phase d’élaboration. Ils permettront de détecter le nombre de personnes dans le véhicule. On se fait flasher comme un radar s’il y a moins de trois personnes», a ajouté François Bausch.

(Ana Martins / L'essentiel)

Ton opinion