Contrôle technique – «Venir sans rendez-vous oblige à attendre plus»

Publié

Contrôle technique«Venir sans rendez-vous oblige à attendre plus»

ESCH-SUR-ALZETTE - Les mesures prises pour réduire le temps de passage lors du contrôle dans les stations de la SNCT engendrent des changements dans les files d'attente.

Se rendre dans les trois centres de contrôle technique de la SCNT, sans rendez-vous, amènera de plus en plus à des temps d'attente allongés.

Se rendre dans les trois centres de contrôle technique de la SCNT, sans rendez-vous, amènera de plus en plus à des temps d'attente allongés.

L'essentiel/Vincent/Mobile Reporter

«La station SNCT d'Esch est saturée malgré les rendez-vous obligatoires et les garages faisant les contrôles techniques… Les gens en colère sortent leur voiture des files à cause de l'attente et traversent les platebandes. Cette situation est ridicule!» Vincent, Mobile Reporter de L'essentiel ne cache pas son étonnement face à la situation qu'il a constatée ce jeudi matin à l'entrée de la deuxième station de contrôle technique du pays. Car devant la file réservée aux automobilistes se présentant sans rendez-vous était placé un panneau indiquant que «le site de contrôle était fermé pour cause de saturation».

Une situation appelée à se répéter à l'avenir selon la direction de la SNCT, contactée jeudi par L'essentiel Online. «Au-delà du fait que nous soyons dans une phase de reprise après les fêtes, ce constat va perdurer encore quelque temps à Esch-sur-Alzette, indique Armand Biberich, directeur de la SNCT. La phase test qui a été mise en place depuis l'été 2012 à la station de Sandweiler est en train d'être mise en place ici aussi. La nouvelle philosophie est de donner la priorité aux clients qui ont pris rendez-vous».

Pas d'«embauche majeure» à la station d'Esch-sur-Alzette

En clair, les automobilistes venus spontanément restent et resteront non prioritaires, leur temps d'attente dépendant des capacités de traitement des personnes prévues sur le planning de la SCNT. «Venir sans rendez-vous oblige et obligera de plus en plus à attendre à l'entrée de nos stations, confirme le directeur de la SNCT. Après huit mois d'application à Sandweiler, les chiffres indiquent que seuls 7 à 8% de nos clients viennent sans être prévus. Cela va prendre un peu de temps pour que nous atteignons aussi ces chiffres à la station d'Esch-sur-Alzette».

Pour arriver à ces résultats, plusieurs réformes ont été mis en place. Embauche de nouveaux inspecteurs, élargissement des horaires d'ouvertures, possibilité de changer plus facilement la date d'un rendez-vous et «amélioration de la productivité», selon Armand Biberich. Autant de mesures qui seront également appliquées dans la deuxième station de contrôle du pays, la SNCT prévoyant toutefois de ne pas réaliser «d'embauche majeure». Moins de cinq nouveaux postes pourraient ainsi être créés.

(Jmh/L'essentiel Online)

Réforme à venir

François Bausch, ministre du Développement durable (Déi Gréng), a annoncé son intention de «finaliser assez rapidement le projet de loi» sur le contrôle technique. Un projet concocté par son prédécesseur, Claude Wiseler (CSV). Parmi les pistes évoquées, la généralisation d'une piste dédiée aux véhicules recalés et un passage réduit aux seuls points négatifs, l'élargissement des horaires d'ouverture ou bien encore l'homologation de nouveaux garages privés pour effectuer les contrôles officiels.

Passage par les garages

Bien qu'aucun chiffre officiel n'existe encore, le recours aux garages homologués pour effectuer le contrôle technique reste encore largement minoritaire. Selon la SNCT, entre 1 et 2% des automobilistes auraient recours à ce service.

Ton opinion