Italie – Venise fait face à une nouvelle alerte météo
Publié

ItalieVenise fait face à une nouvelle alerte météo

Samedi, la protection civile italienne a émis un bulletin d'alerte pour la cité des Doges, déjà frappée par de fortes inondations.

Venise se préparait samedi à vivre une nouvelle alerte météorologique, au lendemain d'un pic de marée haute, qui a contraint les autorités à décréter l'état d'urgence dans la Cité des Doges dévastée par des inondations record. La protection civile italienne a ainsi émis pour samedi une «alerte rouge» météorologique pour toute la région de Venise, avertissant du risque de vents violents.

Un nouveau coup dur pour la «Sérénissime», surnom de Venise, dont le maire Luigi Brugnaro avait déjà été contraint vendredi d'ordonner la fermeture de la célèbre place Saint-Marc pendant plusieurs heures avant de lever cette mesure dans l'après-midi, au moment où le niveau de l'eau baissait. L'«acqua alta», ou marée haute, a atteint vendredi 1,54 mètre.

Hauteur historique

Mardi soir, Venise avait connu sa pire marée haute en 53 ans (1,87 m, soit le deuxième record historique derrière celui du 4 novembre 1966, 1,94 m). L'eau a envahi les églises, commerces, musées et hôtels de ce joyau classé au patrimoine mondial.

Comme beaucoup d'institutions culturelles, le musée Guggenheim avait prévu de rouvrir vendredi mais a changé d'avis «en raison de conditions météo qui empirent».

Premières annulations

«C'est choquant de voir cela, d'avoir de l'eau jusqu'aux genoux», a dit à l'AFP Oscar Calzada, un touriste mexicain de 19 ans. Le ministre italien de la Culture, Dario Franceschini, allé vendredi constater sur place les dommages, estime que les travaux de réparation seront considérables. Plus de 50 églises ont été endommagées, a-t-il noté. «Toutes les réserves qui sont en sous-sol sont perdues !», se lamente Luciano, un habitant de Venise et employé d'un magasin place Saint Marc.

Venise reçoit 36 millions de touristes par an dont 90% d'étrangers. Des hôtels, dont la Locanda Al Leon, commencent à déplorer des annulations pour les fêtes de fin d'année.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion