Véronique Courjault: «J'ai aussi un coeur»

Publié

Véronique Courjault: «J'ai aussi un cœur»

Jeudi Véronique Courjault est jugée pour trois infanticides, dans l'affaire des bébés congelés à Tours, à l'ouverture de la troisième journée de son procès.

Véronique Courjault encourt la réclusion criminelle à perpétuité. Le procès doit se poursuivre jusqu'au 17 juin.

Véronique Courjault encourt la réclusion criminelle à perpétuité. Le procès doit se poursuivre jusqu'au 17 juin.

Un regard et un sourire échangés avec son mari, Jean-Louis, assis en face sur le banc des parties civiles et sa famille dans la salle. Puis Véronique Courjault, jugée pour "assassinats" prend place dans le boxe.

Un rituel qui dure depuis trois jours. Pressée immédiatement de questions par le président de la cour Georges Domergue sur les faits qui lui sont reprochés, leur déroulement et ses réponses lors de sa garde en vue en octobre 2006, l'accusée fait beaucoup d'efforts pour répondre correctement.

"Le livre s'est ouvert"

"J'essaie d'expliquer, de trouver des solutions. Mes pensées aujourd'hui ont évolué grâce à un travail avec un psychiatre", explique-t-elle. Encouragée par le président à se montrer sincère dans ses réponses, l'accusée élève la voix: "J'ai aussi un cœur. La mise en lumière de ces découvertes (avoir tué 3 enfants NDLR) a été terrible pour moi. J'ai été en état de choc face à la réalité que je n'avais jamais voulu voir".

À lieu alors un vif échange entre Georges Domergue et l'un des conseils de l'accusée, Me Henri Leclerc, qui demande au président "de laisser sa cliente terminer ses phrases". Jean-Louis Courjault, lui, ne quitte pratiquement pas sa femme des yeux. Un regard de soutien, de tendresse. Appelé à la barre, il demande à la cour "d'aller au-delà de la réflexion logique, cartésienne", de sortir du plan purement judiciaire et criminel dans lequel le président place le procès depuis son début.

"Le livre s'est ouvert et Véronique a constaté les dégâts", lâche le mari, au bord des larmes devant sa femme en pleurs. Les débats se poursuivent jeudi après-midi avec l'audition de la famille du couple.

lessentiel.lu avec AFP

Ton opinion