Vers des transports réellement communs

Publié

Vers des transports réellement communs

LUXEMBOURG - Avoir une seule structure qui chapeaute les transports en commun de toute la Grande Région, c'est le vœu du Conseil économique et social.

Les frontières limitent encore trop l'usage des transports publics par les travailleurs. (editpress)

Les frontières limitent encore trop l'usage des transports publics par les travailleurs. (editpress)

Tout juste 7 % des frontaliers utilisent le train ou le bus pour venir travailler. C'est beaucoup trop peu pour le Conseil économique et social de la Grande Région (CESGR). Il voudrait rendre les transports en commun plus attractifs et cela passe par l'union.

Une union des informations, des tarifs et même des structures. C'est la proposition formulée par le CESGR hier. Tout ne se fera pas en un jour mais la réflexion est déjà bien engagée. Premier pas, l'information. Le CESGR souhaite voir la création d'un site commun pour les horaires de tous les transports publics dans la Grande Région.

Au Luxembourg, on y travaille. «Il existe un projet européen mais nous travaillons déjà avec les deux länder voisins. Nous proposerons bientôt les horaires de tous leurs transports», assure Gilles Dostert, directeur de la Centrale de mobilité.
Le CESGR veut aller plus loin. Le site commun devrait répertorier les horaires et les tarifs. Mais ce n'est pas tout. Le Conseil propose d'unifier ces tarifs et de rendre les frontières mouvantes.

«Il faudrait pouvoir aller jusqu'à la première gare de l'autre pays avec un ticket national», estime Hans-Hermann Kocks, président de la commission «Transport» du Conseil. Et pour coordonner le tout, le CESGR milite pour une structure des transports unique.

Une bonne idée, pour Gilles Dostert, mais pas applicable dans l'immédiat. «Pour l'instant, on se concentre sur les étapes, comme le système d'information commun. La structure unique, c'est l'objectif final».

Linda Cortey

Ton opinion