Disparition en France – Vidange de l'étang où se trouvait Lëatitia

Publié

Disparition en FranceVidange de l'étang où se trouvait Lëatitia

L'étang en France où le corps démembré et incomplet de la jeune Lëatitia a été retrouvé mardi, était vidangé jeudi. La famille du suspect expliquait avoir «prévenu» de sa dangerosité.

L'étang dans lequel a été retrouvé des morceaux du corps de Laetitia...

L'étang dans lequel a été retrouvé des morceaux du corps de Laetitia...

AFP/Frank Perry

Quelque 150 gendarmes restaient toujours mobilisés pour clore ces investigations et retrouver les restes manquants de Lëatitia. "Des recherches ont aussi lieu dans d'autres endroits du département, notamment autour de Pornic", a précisé sur place l'aspirant Hugues Chrétien, adjoint à l'officier de communication des Pays-de-la-Loire. Les opérations de vidange se font notamment avec "l'aide de l'état-major de la sécurité civile de Nogent-le-Rotrou" (Eure-et-Loir), avait précisé mercredi soir le procureur de la République Xavier Ronsin.

Deux grosses pompes et douzes petites ont d'ores et déjà été mises en œuvre dès mercredi soir et assurent un débit moyen de 2.000 m3 ce qui, en l'état, conduirait à un délai de vidange de "4 à 5 jours". Mais une nouvelle pompe, notamment employée pour assécher les quartiers inondés par Xynthia le 28 février 2010, d'un début de 4.000 m3 à elle seule, doit arriver jeudi après-midi.

Hélicoptères et plongeurs

Par ailleurs, l'objectif n'est pas le vidage complet mais la facilitation des recherches pour les plongeurs dans les lieux les plus profonds, a ajouté M. Chrétien. "Si c'est nécessaire, les trois pièces d'eau seront vidées", a-t-il ajouté, faisant référence aux deux autres anciennes carrières également remplies d'eau, situées à proximité immédiate du premier étang. L'eau pompée dans l'étang vidé en premier, celui où ont été trouvés les premiers éléments du corps de Lëatitia, était ensuite déversée dans les champs en aval des carrières, en direction de la raffinerie de Donges et des bords de Loire.

Des hélicoptères et des équipes de plongeurs étaient égalements visibles jeudi matin aux abords de l'étang sondé, lui aussi une ancienne carrière remplie d'eau. "Les hélicoptères font des relevés et voient des choses qu'on ne distingue pas depuis le sol", a précisé M. Chrétien. Plusieurs membres de la famille de Tony Meilhon lui demande de révéler l'endroit où il a dissimulé le tronc de sa victime et le déroulement exact de la nuit du drame. L'analyse de l'empreinte dentaire de la victime a permis de déterminer qu'il s'agissait bien de Laëtitia Perrais, disparue dans la nuit du 18 au 19 janvier à la Bernerie-en-Retz (Loire-Atlantique). Une analyse ADN doit confirmer ce premier examen médico-légal.

L'essentiel Online avec agences

On avait prévenu de sa dangerosité

Une soeur de Tony Meilhon, suspect du meurtre, a déclaré jeudi sur la chaîne de radio française Europe 1 qu'elle-même et sa famille avaient mis en garde plusieurs fois la justice contre la dangerosité de son frère, avant même sa sortie de prison. "Si la justice nous avait écoutés, il n'aurait jamais fait ça, on a été je ne sais combien de fois, même quand il était encore incarcéré, pour leur dire qu'il fallait pas qu'il sorte et qu'il était dangereux", déclare Aline, 21 ans, demi-soeur de Tony Meilhon.

"Il faut que la justice réagisse et qu'ils écoutent les gens quand ils viennent leur dire qu'il va se passer quelque chose", a-t-elle encore regretté. "C'est ignoble (...) c'est un monstre". "Il faut qu'il dise où est-ce qu'il a mis le reste du corps de Laetitia, ce qu'il lui a fait: il faut que les parents de Laetitia sachent la vérité et faut que notre maman aussi sache la vérité", a-t-elle demandé. "Elle a du mal à se dire que son fils, la chair de sa chair, puisse avoir fait quelque chose d'aussi monstrueux". "Il faut qu'il ne sorte plus jamais de prison, mais plus jamais, jamais, jamais, pour ne plus jamais faire de mal à qui que ce soit", a-t-elle encore demandé tout en indiquant penser qu'il allait "mettre fin à ses jours". Sorti de prison en février 2010, Tony Meilhon, qui a déjà fait l'objet de 15 condamnations, dont une pour le viol d'un codétenu, avait été visé par sept plaintes déposées par sa famille et ses proches ces derniers mois.

Sarkozy veut des sanctions

Le président de la République Française Nicolas Sarkozy a promis jeudi que les fonctionnaires de police et de justice qui ont commis une "faute" dans le cadre de cette affaire seront "sanctionnés". "Quand on laisse sortir de prison un individu comme le présumé coupable sans s'assurer qu'il sera suivi par un conseiller d'insertion, c'est une faute", a déclaré le chef de l'Etat.

"Ceux qui ont couvert ou laissé faire cette faute seront sanctionnés, c'est la règle", a-t-il ajouté. "Notre devoir, c'est de protéger la société de ces monstres, je dis monstre parce que je crois qu'il y a un moment où il faut employer les mots qui correspondent aux situations et ne pas se voiler la réalité", a-t-il insisté.

Ton opinion