Syrie – Villages pris d'assaut dans la province d'Idleb

Publié

SyrieVillages pris d'assaut dans la province d'Idleb

L'armée a pris d'assaut vendredi quatre villages de la province d'Idleb (nord-ouest de la Syrie), où les militants craignent une offensive d'envergure, semblable à celle d'Homs (centre).

«Les forces militaires ont pris d'assaut les villages de Chaghourit, al-Laj, Hamimat et as-Sahn dans la province d'Idleb, lancé une campagne de perquisitions dans les villages et les zones agricoles et poursuivi des déserteurs», a précisé l'OSDH (Agence de réinformation sur l'actualité en Syrie).

Depuis des jours, les militants craignent une opération d'envergure contre ce bastion rebelle, semblable à celle menée à Baba Amr, quartier de Homs (centre) repris par l'armée le 1er mars dans un bain de sang.

Catastrophe humanitaire

Un nombre important de chars et de soldats sont rassemblés dans le district de Jabal al-Zaouia, et dans la province d'Idleb, selon Milad Fadl, un militant de la Commission générale de la révolution syrienne. «Le plus grand nombre de déserteurs est à Jabal al-Zaouia, c'est là-bas qu'il y a eu le plus grand nombre de défections», a expliqué M. Abdel Rahmane. «Certains rejoignent l'Armée syrienne libre (ASL), d'autres fuient».

Comme ils l'avaient fait pour Homs, les médias officiels syriens justifient l'offensive sur Idleb, affirmant qu'«il y a des gangs terroristes qui terrorisent la population». Plus de 25 000 réfugiés sont actuellement recensés par l'ONU dans les pays voisins de la Syrie, et les violences ont déplacé entre 100 000 et 200 000 personnes à l'intérieur du pays. Selon l'OSDH, les violences ont fait quelque 8.500 morts, en majorité des civils, depuis le début de la révolte.

L'essentiel Online/AFP

Quatre généraux désertent

Quatre généraux ont déserté pour rejoindre les rebelles a-t-on appris jeudi 8 mars deux groupes de dissidents. Ces hauts gradés ont gagné un camp dans le sud de la Turquie qui regroupe des déserteurs, explique le lieutenant Khaled Al-Hamoud, porte-parole de l'Armée libre syrienne (ASL). Leur identité n'a pas été révélée, et ils sont entendus par les autorités turques.

D'après la même source, ce sont sept généraux de brigade qui ont en tout déserté les rangs de l'armée régulière. Le grade de général de brigade est le cinquième plus haut dans la hiérarchie militaire syrienne. «Nous avons six généraux de brigade qui sont désormais en Turquie et un autre, qui est resté en Syrie pour commander des bataillons», a déclaré Hamoud. «Nous allons former un conseil consultatif pour incorporer ces généraux, mais aussi tous les déserteurs de haut rang, et ce groupe va mener des opérations pour le compte de l'ASL», a-t-il poursuivi.

Selon Le Figaro, le pouvoir aurait aussi désarmé les unités sunnites de l'armée «la confession des milliers de manifestants anti-Bachar».

Ton opinion