Liste des évadés fiscaux – Volée ou pas volée?

Publié

Liste des évadés fiscauxVolée ou pas volée?

La filiale genevoise de la banque britannique HSBC a indiqué aujourd'hui qu'un ancien employé avait subtilisé des données, confirmant une information du journal français Le Parisien, mais...

Un ancien cadre informatique de HSBC a réussi à pirater le système informatique de la banque et a transmis les données au fisc français.

Un ancien cadre informatique de HSBC a réussi à pirater le système informatique de la banque et a transmis les données au fisc français.

afp

La filiale genevoise de la banque britannique HSBC a indiqué mercredi qu'un ancien employé avait subtilisé des données, confirmant une information du journal français Le Parisien, mais a indiqué que ce vol concernait "potentiellement moins de 10" noms.

"HSBC banque privée (Suisse) confirme qu'un ancien employé travaillant pour les services informatiques a volé des données entre la fin 2006 et début 2007", a souligné l'établissement dans un communiqué. L'établissement genevois a porté plainte auprès des autorités helvétiques, mais a précisé que cette affaire concernait "potentiellement moins de 10" noms" sur la liste des personnes soupçonnées d'évasion fiscale

Une liste de 3 000 contribuables français

Interrogée, la banque HSBC n'avait pas réagi en début de matinée. "On ne confirme ni n'infirme", a affirmé le ministère du Budget, en rappelant que le ministre a "toujours assuré qu'il avait plusieurs sources" pour établir la liste et "qu'il n'a jamais payé pour obtenir quelque liste que ce soit".

De son côté, la ministre de l'Économie Christine Lagarde a affirmé sur RMC avoir appelé son collègue du Budget mercredi matin "pour savoir si on avait payé". "Il m'a dit «on ne paye pas»", a-t-elle assuré. Eric Woerth avait dévoilé fin août que Bercy s'était procuré une liste de 3 000 contribuables français détenant des comptes dans trois banques en Suisse pour un montant de trois milliards d'euros.

HSBC porte plainte

Selon Le Parisien, un cadre informatique de la HSBC Private Bank de Genève, un franco-italien de 38 ans dont le nom n'est pas révélé, a réussi à pirater le système informatique de la banque et se serait réfugié dans le sud de la France où il a donné ses informations au fisc.

HSBC a porté plainte et réclamé la liste que la France refuse de lui rendre, selon le journal qui ajoute que la Suisse a ouvert une enquête. "Le fisc français détient beaucoup d'informations, d'abord parce qu'il y a des sources multiples", a dit Mme Lagarde. "Et puis je vous rappelle que depuis maintenant un an, avec Eric (Woerth), on mène un combat forcené pour faire revenir des expatriés fiscaux qui ont choisi un autre pays pour placer leur patrimoine", a-t-elle ajouté.

"On signe aussi avec de multiples pays qui avaient refusé jusqu'à présent de nous donner de l'information, des accords d'échange d'informations. On l'a fait avec la Suisse, on l'a fait avec le Luxembourg. Environ 150 accords ont été signés ces huit derniers mois pour avoir de l'information", a affirmé la ministre.

lessentiel.lu avec AFP

L'affaire rappelle celle d'une vaste fraude fiscale via le Liechtenstein mise au jour début 2008 par l'Allemagne, impliquant des centaines de contribuables allemands et touchant une dizaine de pays. À l'origine de la traque de l'évasion fiscale, figuraient des documents achetés par les services secrets allemands à un ancien salarié de la banque LGT qui les avait dérobés à son employeur.

Ton opinion