Volkswagen, bientôt dans le giron de Porsche
Publié

Volkswagen, bientôt dans le giron de Porsche

WOLFSBURG - La loi limitant le rôle des actionnaires de Volkswagen a été déclarée illégale. C'est Porsche qui devrait en profiter.

C'était une décision attendue. Hier, la justice européenne a déclaré illégale une loi qui protège depuis plus de 40 ans le premier constructeur automobile européen.

Cette «loi Volkswagen (VW)» limitait à 20 % le droit de vote des actionnaires, quelle que soit leur part dans le capital. Avec 20,3 %, le land de Basse-Saxe avait un veto de fait puisque toute décision demande 80 % des voix. Porsche, qui en détient 31 %, s'estimait donc lésé. La justice européenne lui a donné raison, déclarant que cette loi était une entrave à la libre circulation des capitaux en Europe.

Le constructeur de Stuttgart a bien sûr été le premier à se féliciter de cette décision. Il ne cache pas sa volonté de prendre le contrôle du créateur de la Golf mais n'a jamais précisé d'agenda. Plusieurs analystes s'attendent à ce qu'il s'emploie rapidement à détenir plus de 50 % du capital.

Côté syndicats, cette décision est plutôt une mauvaise nouvelle. Depuis plusieurs semaines, les dirigeants de Porsche suscitent l'inquiétude des salariés de VW en remettant en cause leur modèle de travail qui place l'employé au cœur du sytème de production et de décision.

Le land de Basse-Saxe a dit accepter cette décision et le gouvernement allemand a annoncé qu'il allait modifier sa législation. Mais cela prendra du temps, plusieurs mois selon le ministère de la Justice.

À l'annonce du jugement, l'action Porsche était en hausse et celle de VW en baisse à la Bourse de Francfort.

Linda Cortey

Ton opinion