Tourisme – Vos prochaines vacances en Arabie saoudite?

Publié

TourismeVos prochaines vacances en Arabie saoudite?

Le royaume de 32,5 millions d'habitants, longtemps fermé, va bientôt commencer à délivrer des visas touristiques, ouvrant l'une des dernières frontières du tourisme mondial.

«Le royaume est un très grand trésor», souligne le prince Sultane ben Salmane ben Abdelaziz, en charge du secteur touristique, en décrivant ses paysages époustouflants.

«Le royaume est un très grand trésor», souligne le prince Sultane ben Salmane ben Abdelaziz, en charge du secteur touristique, en décrivant ses paysages époustouflants.

AFP

Fixant, émerveillés, un lac salé en contrebas, des randonneurs tentent péniblement d'apprivoiser les pentes escarpées d'un cratère volcanique, trésor caché parmi les merveilles naturelles que l'Arabie saoudite veut promouvoir pour attirer des touristes étrangers. Pays du Golfe encore très dépendant du pétrole, l'Arabie saoudite considère le tourisme comme une manne potentielle, un «or blanc», et vise 30 millions de visiteurs par an d'ici 2030, soit près du double d'aujourd'hui.

Connu pour sa ségrégation des sexes et son code vestimentaire liés à une version rigoriste de l'islam, le pays était jusqu'ici perçu comme une destination improbable par les touristes du monde entier, à l'exception des pèlerins de La Mecque et Médine. Les autorités veulent notamment promouvoir le cratère volcanique d'Al Wahbah, où les visites sont encore rares.

«Vision 2030»

«Le principal défi consiste à rendre ces sites touristiques accessibles», affirme Amr Khalifa, un guide privé. Le tourisme est l'un des moteurs de «Vision 2030», un plan ambitieux pour restructurer l'économie saoudienne annoncé en 2016 par le puissant prince héritier Mohammed ben Salmane. Le jeune fils du roi se projette comme un réformateur et multiplie les initiatives pour moderniser le royaume ultra-conservateur.

Il a dévoilé en octobre un méga-projet de zone de développement futuriste dans le nord-ouest -comprenant un volet touristique-, qui nécessite 500 milliards de dollars d'investissements. En août, Ryad avait annoncé le lancement d'un projet touristique d'envergure consistant à transformer une cinquantaine d'îles de la mer Rouge en stations balnéaires de luxe. Les autorités prévoient aussi de mettre en valeur des sites archéologiques nabatéens, dont celui d'Al-Hijr, inscrit par l'Unesco au Patrimoine mondial.

«Le royaume est un très grand trésor», souligne le prince Sultane ben Salmane ben Abdelaziz, en charge du secteur touristique, en décrivant ses paysages époustouflants. «Nous ne sommes pas que des marchands de pétrole», a-t-il assuré.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion