Au Luxembourg: Votre facture d’eau va déborder l'an prochain

Publié

Au LuxembourgVotre facture d’eau va déborder l'an prochain

LUXEMBOURG – L’or bleu ne va pas échapper à la hausse généralisée des prix. Une augmentation autour de 15% est à prévoir.

par
Jean-François Colin


Dans la lignée du carburant et de l’électricité, le prix de l’eau s’apprête à esquisser un mouvement à la hausse. La raison tombe sous le sens: «les coûts de l’électricité et du chauffage ont grimpé en flèche, et cette augmentation va bien évidemment impacter le coût de la partie variable de la distribution d’eau», explique Georges Kraus, directeur du Syndicat des eaux du barrage d’Esch-sur-Sûre (Sebes). Car, à côté de cette partie variable, existe la capacité réservée, comparable à une sorte d’abonnement, dont le coût grimpe régulièrement chaque année, mais qui ne sera pas directement impacté par la hausse des coûts énergétiques.

Le Sebes fournit en eau la Ville de Luxembourg et ses six réservoirs, ainsi que les quatre syndicats du pays : la Distribution d’eau des Ardennes (DEA), le Syndicat des eaux du centre (SEC), le Syndicat des eaux du sud (SES) et le Syndicat intercommunal pour la distribution des eaux dans la région est (Sidere). A leur tour, ces quatre syndicats redistribuent l’or bleu aux communes, chose interdite au Sebes pour des raisons de sécurité d’approvisionnement en eau et afin de garantir le principe de l’autonomie communale.

Totalement dépendants de l’augmentation des coûts énergétiques

Ainsi, la DEA, qui arrose 29 communes dans le nord, achète 60% de son eau au Sebes, à côté de ses propres pompages. Pour son directeur, Marc Schroeder, «la flambée des dépenses énergétiques provoquera en 2023 une augmentation du prix de l’eau de l’ordre de 44 centimes, de 2,7 euros/m3 à 3,14 euros/m3», soit une hausse de l’ordre de 16%. Le son de cloche est sensiblement identique du côté du Sidere. «Dans l’attente de l’approbation ministérielle du prix que nous avons fixé en comité, nous ne pouvons vous le révéler. Mais il est clair que l’augmentation sera de l’ordre de 10 à 15%», affirme-t-on au syndicat qui distribue l’eau dans 16 communes de l’est du pays.

À l’instar du Sidere, le SEC dépend à 100% du Sebes. «Nous ne gérons que l’eau du Sebes», confirme une employée du syndicat basé à Hesperange et qui fournit onze communes. «Nous sommes donc totalement dépendants de l’augmentation des coûts énergétiques du Sebes, sauf concernant notre capacité de réserve».

Nouvelle rassurante, toutefois, pour les citoyens en bout de chaîne, la loi du 19 décembre 2008 relative à l’eau impose aux communes de vendre l’eau à prix coûtant. Un mécanisme législatif en guise de garde-fou contre les envolées incontrôlables du prix de l’or bleu.

Le Luxembourg en bref

Vous ne voulez rien rater de l'actualité au Luxembourg? N'en perdez pas une miette et retrouvez toutes les informations sur le Grand-Duché en bref dans notre ticker en suivant ce lien.

Ton opinion

87 commentaires