Covid au Luxembourg – Votre patron peut-il vous forcer à vous faire vacciner?
Publié

Covid au LuxembourgVotre patron peut-il vous forcer à vous faire vacciner?

LUXEMBOURG - L'État en tant que patron n'imposera pas la vaccination. Mais est-ce possible dans une société du secteur privé, dans un domaine d'activité?

Refuser de se faire vacciner contre le Covid ne peut être un motif de licenciement sans loi qui contraigne les salariés à le faire.

Refuser de se faire vacciner contre le Covid ne peut être un motif de licenciement sans loi qui contraigne les salariés à le faire.

Les fonctionnaires ne seront pas contraints par l'État de se faire vacciner contre le coronavirus, a indiqué le Premier ministre. Pour le privé, Xavier Bettel a demandé un avis juridique au ministre du Travail. «L'employeur ne peut imposer la vaccination contre le coronavirus à ses employés, indique maître Guy Castegnaro, avocat spécialisé en droit du travail. Il s'agirait d'une atteinte à l'intimité de la vie privée» dont le respect est consacré par la loi du 11 août 1982 et par la Convention européenne des droits de l'homme.

Pour que cela devienne possible, «il faudrait une loi, votée au Parlement. Mais l'imposer uniquement au secteur privé n'aurait pas de sens», abonde Me Stéphane Coï, avocat également spécialisé en droit du travail. En revanche, «cela pourrait être justifié pour les personnes travaillant au contact de personnes fragiles dans les hôpitaux ou maisons de soins», estime Me Anne Morel.

«Nous pouvons encourager, pas obliger»

Le Centre hospitalier du Nord ne forcera pas «à se faire vacciner. Ce sera une décision individuelle». Le CHL assurera la vaccination de son personnel volontaire et n'envisage pas de l'imposer à ses employés. PwC prône aussi le libre choix, mais «relayera en interne les informations et campagnes que les autorités mettraient en place».

À la BIL comme chez ArcelorMittal, des campagnes de vaccination ont lieu pour la grippe. «Nous pouvons encourager à..., mais pas obliger. Nous attendons les recommandations de l'Association pour la santé au travail du secteur tertiaire et financier», confie Vincent Pelletier, de la BIL.

(Marion Mellinger/L'essentiel)

Ton opinion