Mexique – Voulant traverser la frontière, une fillette se noie
Publié

MexiqueVoulant traverser la frontière, une fillette se noie

Le corps de la fillette, probablement originaire du Venezuela, a été découvert dans les eaux du fleuve qui sépare les territoires américain et mexicain, ont annoncé les autorités locales.

Une enfant est morte noyée en essayant de traverser les eaux du Rio Bravo, dans l’État de Coahuila, dans le nord du Mexique.

Une enfant est morte noyée en essayant de traverser les eaux du Rio Bravo, dans l’État de Coahuila, dans le nord du Mexique.

INM/Handout via REUTERS

Une fillette a péri en tentant de traverser le Rio Bravo, à la frontière entre le Mexique et les États-Unis, ont annoncé les autorités mexicaines. Des équipes de l’Institut national des migrations (INM) ont «découvert le corps d’une mineure, probablement de nationalité vénézuélienne» dans le fleuve, au niveau de la commune d’Acuña, dans l’État de Coahuila (nord), a annoncé l’organisme, dans un communiqué.

Selon l’INM, une patrouille frontalière américaine avait diffusé auparavant un avis de recherche concernant une fillette disparue, vêtue d’une veste rouge, d’un pantalon bleu et de chaussettes blanches. L’enfant, dont l’âge n’a pas été précisé, a été découverte dans le fleuve «sans signes vitaux puis transféré vers la berge, en territoire mexicain».

Un long voyage à travers le Mexique au péril de leur vie

Entre octobre 2020 et septembre 2021, les États-Unis ont enregistré un record de 1,7 million de personnes entrées illégalement par leur frontière sud. De nombreux migrants, en provenance d’Amérique du Sud ou centrale, risquent leur vie lors d’un long et périlleux voyage à travers le Mexique au cours duquel ils sont confrontés aux risques d’accidents, de noyades et à la violence des gangs.

En décembre, le Mexique a annoncé de nouvelles exigences en matière de visa pour les Vénézuéliens, à la suite d’une augmentation du nombre d’arrivées en provenance de ce pays frappé par la crise. Beaucoup espèrent gagner les États-Unis.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion