Lutte contre l'EI – Washington envoie une équipe militaire à Ankara
Publié

Lutte contre l'EIWashington envoie une équipe militaire à Ankara

Les États-Unis veulent prendre des «mesures urgentes et rapides» avec les autorités turques pour enrayer l'avancée de l'organisation EI.

Les États-Unis vont envoyer une équipe militaire à Ankara la semaine prochaine pour des discussions avec des responsables militaires de la Turquie, qui rechigne à s'engager dans la lutte contre le groupe État islamique (EI), a annoncé jeudi le département d’État. Deux envoyés spéciaux américains ont déjà parlé jeudi avec des responsables turcs de «mesures urgentes et rapides» à prendre conjointement avec la Turquie pour enrayer l'avancée de l'organisation EI. Ils ont précisé qu'une «équipe militaire conjointe (américano-turque) allait se rendre à Ankara au début de la semaine prochaine pour assurer le suivi de ces discussions» au niveau militaire, a précisé la porte-parole du département d’État, Jennifer Psaki, dans un communiqué.

Washington a dépêché dans la capitale turque jeudi et vendredi le patron de la coalition internationale, le général à la retraite John Allen, et son adjoint Brett McGurk, qui ont rencontré le Premier ministre Ahmet Davutoglu et discuté de «plusieurs mesures destinées à faire progresser l'effort militaire contre l'EI», selon la diplomatie américaine. Les deux pays, alliés au sein de l'Otan, «sont tombés d'accord pour poursuivre leurs consultations dans le cadre de leurs efforts contre l'EI», a insisté le département d’État. Les États-Unis pressent ainsi la Turquie de s'impliquer davantage dans la lutte contre le groupe État islamique qui menace sa frontière dans la ville stratégique syrienne de Kobané.

«Des mesures urgentes et rapides sont nécessaires pour stopper les capacités militaires de l'EI et le général Allen et l'ambassadeur McGurk vont le dire clairement dans leurs réunions avec des responsables turcs», avait martelé Mme Psaki, lors de son point de presse jeudi après-midi. Washington a exprimé ces derniers jours sa frustration devant les réticences de son allié turc à s'engager militairement en Syrie. «La Turquie est bien placée pour contribuer aux efforts de la coalition pour vaincre l'EI: coopération militaire, blocage des financements du terrorisme, juguler le flot de combattants étrangers, fournir une assistance humanitaire et délégitimer l'idéologie extrémiste de l'EI», a détaillé la porte-parole américaine.

(L'essentiel/ afp)

Ton opinion