Menace de Pékin : Washington «paiera le prix» en cas de visite de Pelosi à Taïwan 

Publié

Menace de Pékin Washington «paiera le prix» en cas de visite de Pelosi à Taïwan 

La Chine a prévenu mardi que les États-Unis porteront la «responsabilité» d’une visite à Taïwan de la présidente de la Chambre des représentants américaine Nancy Pelosi. 

La présidente démocrate de la Chambre des représentants américaine, Nancy Pelosi.

La présidente démocrate de la Chambre des représentants américaine, Nancy Pelosi.

REUTERS

«Les États-Unis auront assurément la responsabilité des conséquences et devront payer le prix de leur atteinte à la souveraineté et à la sécurité de la Chine» en cas de visite à Taïwan de la présidente de la Chambre des représentants américaine Nancy Pelosi, lors de sa tournée asiatique, a indiqué mardi devant la presse une porte-parole de la diplomatie chinoise, Hua Chunying.

Pékin considère l’île comme une partie de son territoire à réunifier, par la force si nécessaire, et a plusieurs fois mis en garde Washington contre une visite de la haute responsable qui serait vécue comme une provocation majeure.

Flou sur Taïwan

Nancy Pelosi était en Malaisie mardi, où elle a rencontré le Premier ministre et le président de la Chambre basse du Parlement, lors de sa deuxième étape d’un voyage en Asie qui suscite depuis plusieurs jours des spéculations autour d’une potentielle visite à Taipei. Après Singapour et la Malaisie, son itinéraire prévoit des étapes en Corée du Sud et au Japon. Le flou est sciemment entretenu autour d’une possible visite à Taïwan.

Dans un communiqué, Nancy Pelosi a simplement indiqué: «nous sommes engagés dans un large éventail de discussions sur le moyen d’atteindre nos objectifs communs et sécuriser l’Indo-Pacifique». Plusieurs médias taïwanais ont relayé des commentaires du vice-président du Parlement de l’île, Tsai Chi-chang, affirmant qu’il était «très probable» que Nancy Pelosi se rende sur place dans les prochains jours. Le journal taïwanais Liberty Times a cité des sources anonymes selon lesquelles elle atterrirait sur l’île mardi soir et rencontrerait la présidente taïwanaise Tsai Ing-wen le lendemain, avant de repartir dans l’après-midi.

«Le droit de visiter Taïwan»

Si la Maison-Blanche se montre gênée par la situation, John Kirby, son porte-parole a affirmé lundi que Nancy Pelosi avait «le droit de visiter Taïwan». «Il n’y a pas de raison pour que Pékin fasse de cette visite, qui ne déroge pas à la doctrine américaine de longue date, une forme de crise», a-t-il ajouté. 

Même si la plupart des observateurs jugent faible la probabilité d’un conflit armé, des responsables américains ont dit se préparer à de possibles démonstrations de force de l’armée chinoise, comme des tirs de missiles dans le détroit de Taïwan ou des incursions aériennes massives autour de l’île. Mardi, le ministère de la Défense taïwanais s’est dit «déterminé» dans un communiqué à protéger l’île contre les menaces de la Chine.

(AFP)

Ton opinion

0 commentaires