Récupération sportive – «Wawrinka, la sensation du tennis allemand»

Publié

Récupération sportive«Wawrinka, la sensation du tennis allemand»

Le vainqueur suisse de l'Open d'Australie possède un passeport allemand. Suffisant pour que le quotidien «Bild» voie en lui le successeur de Boris Becker.

Stanislas Wawrinka allemand? Bild considère que Stanislas Wawrinka est allemand puisqu'il est en possession du passeport fédéral.

Stanislas Wawrinka allemand? Bild considère que Stanislas Wawrinka est allemand puisqu'il est en possession du passeport fédéral.

screenshot/dr

Stanislas Wawrinka est le nouveau héros national suisse. Au lendemain de sa victoire à l'Open d'Australie, le natif de Saint-Barthélemyn, dans le canton de Vaud, fait les gros titres de la presse. Et pas qu'helvétique… Certains fans suisses ont dû s'étrangler en ouvrant le quotidien allemand Bild, ce lundi. «La sensation du tennis allemand», titrait le quotidien germanique, au-dessus d'une grande photo de Stanislas Wawrinka, les bras levés au ciel.

Erreur? Apparemment pas. «Le vainqueur de l'Open d'Australie possède un passeport allemand», se justifie le journal. L'arrière-grand-père de Stan a émigré en 1946 en Allemagne, avant de s'établir dans le canton de Vaud. Même si Bild reconnaît que le nouveau numéro 3 mondial «ne parle pas allemand et vit en Suisse», le fait qu'il possède un passeport affublé d'un aigle suffit pour parler d'une «sensation du tennis allemand à Melbourne».

Un état de fait qui ne plait pas en Suisse alémanique, où la rivalité avec l'Allemagne est encore plus exacerbée. «Les Allemands veulent récupérer le triomphe historique de notre Wawrinka», s'indigne le quotidien Blick. «Et la Coupe Davis, alors?» poursuit le journal. «Alors qu'en football, on doit vivre avec la domination allemande, leur tennis va de claque en claque. Leur dernière victoire en Grand Chelem: Steffi Graf à Roland-Garros en 1999 et même 1996 chez les hommes», se gausse le quotidien suisse. «Ils devraient encore attendre pour trouver un successeur à Boris Becker, conclut le journal. À moins qu'ils ne trouvent un moyen de s'attribuer un succès…»

(L'essentiel/ads)

Ton opinion