A la Rockhal – Wax Tailor installe son univers féerique

Publié

À la RockhalWax Tailor installe son univers féerique

ESCH-BELVAL - Épaulé par ses musiciens et plusieurs voix invitées, le Français a offert un show très imagé.

Inspiré par le cinéma, il se définit lui-même comme un «metteur en son». Derrière ses platines et ses machines, au cœur du dispositif, Wax Tailor se positionnait en effet, vendredi, en chef d'orchestre. Accompagné d'un guitariste, d'une flûtiste, d'une violoniste et d'un violoncelliste, le Français développait un univers très poétique et onirique, avec un style downtempo, souvent instrumental et influencé par le hip-hop, le jazz et la soul.

Mais également par le grand écran, avec des vidéos projetées en fond, à mi-chemin entre le conte pour enfants et les films de Tim Burton, des ambiances cinématographiques et des samples empruntés au septième art. Wax Tailor enchaînait les séquences, rejoint à plusieurs reprises sur scène par la chanteuse et aussi fidèle collaboratrice Charlotte Savary («Dusty Rainbow», «Heart Stop»). Elle est l'une des nombreuses voix féminines présentes sur ses albums.

Issu du rap, Wax Tailor affectionnait toujours les sonorités hip-hop old-school, avec scratches et samples vocaux, quand il n'était pas rejoint sur scène par ses amis MC, parmi lesquels deux des rappeurs du collectif A State Of Mind. La voix du narrateur britannique, Don McCorkindale, servait de fil conducteur au cours du concert. Le Français poussait au maximum le concept scénique d'une musique difficile à incarner.

Cédric Botzung

(Cédric Botzung)

Ton opinion