Woodstock sans stars ni musique

Publié

Woodstock sans stars ni musique

Dans
«Hôtel Woodstock», ce ne sont pas les groupes de musique qui sont au centre, mais leurs fans.

1969. Elliot (Demetri Martin), décorateur d’intérieur, traverse une mauvaise passe et doit retourner vivre chez ses parents, dans le nord de l’État de New York, où il tente de reprendre en main la gestion de leur motel. Menacé de saisie, le père d’Elliot (Henry Goodman) veut incendier le bâtiment alors qu’Elliot se demande encore comment il va enfin pouvoir annoncer qu’il est gay...

Alors que la situation est tout simplement catastrophique, il apprend qu’une bourgade voisine refuse d’accueillir un festival de musique hippie. Voyant là une opportunité inespérée, Elliot appelle les producteurs. Trois semaines plus tard, plus de 500 000 personnes envahissent le champ de son voisin, Max Yasgur (Eugene Levy) et Elliot s'embarque dans une aventure qui va changer pour toujours sa vie et celle de toute une génération...

Ang Lee signe avec «Hôtel Woodstock» un hommage à la fois drôle et émouvant à tous ces jeunes en quête d'une valeur autre que celles véhiculées par des États-Unis en pleine crise d'identité (Vietnam, droits civiques...). Pour certains, cette valeur sera la défonce, pour d'autres l'échange humain. La musique ne sera que prétexte.

Ton opinion