Crise des réfugiés – Xavier Bettel ne veut pas «ériger de murs»
Publié

Crise des réfugiésXavier Bettel ne veut pas «ériger de murs»

LUXEMBOURG - Le conseil de gouvernement de jeudi a forcément été dominé par la situation des réfugiés. Le Premier ministre plaide pour une solution européenne.

Le Premier ministre se refuse à «fermer les portes et à ériger des murs aux frontières de l'Europe».

Le Premier ministre se refuse à «fermer les portes et à ériger des murs aux frontières de l'Europe».

Editpress/Fabrizio Pizzolante

Xavier Bettel a été très clair, ce jeudi, à l'issue du conseil de gouvernement. «Il faut arrêter de parler de crise des migrants. Ce n'est pas de l'immigration. Ces personnes sont des réfugiés qui cherchent simplement à survivre».

À la tête de la présidence de l'Union européenne, le Luxembourg travaille intensément à trouver des solutions avec ses partenaires. «Aujourd'hui, j'ai déjà eu deux fois le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, et une fois le président de la République française».

«Il faut un message commun»

Face à cet afflux de réfugiés, qu'il a lui-même qualifié «de plus important que prévu», bien au-delà des 40 000 réfugiés annoncés initialement, le Premier ministre se refuse à «fermer les portes et à ériger des murs aux frontières de l'Europe».

Vendredi et samedi, les ministres des Affaires étrangères se retrouvent à Luxembourg pour évoquer la situation des réfugiés. Avec quelles pistes? «Je ne veux pas donner de pistes qui pourraient hypothéquer certaines solutions. Mais la réponse doit être un message fort commun».

Sur la question des accords de Dublin actuellement en vigueur concernant l'immigration, Xavier Bettel s'est contenté de dire que les instruments à disposition n'étaient pas suffisants. «L'idée des quotas par pays membres de l'UE ne figure pas, par exemple, dans ces accords», a-t-il conclu.

(Patrick Théry/L'essentiel)

Ton opinion