Conventionnée par l'Etat? – Xavier Bettel répond à l'Eglise pastafarienne

Publié

Conventionnée par l'État?Xavier Bettel répond à l'Église pastafarienne

LUXEMBOURG - L'Église luxembourgeoise du Monstre de spaghetti volant a récemment demandé à être subventionnée par l’État. Xavier Bettel, ministre des Cultes, leur a répondu.

L'Église pastafarienne du Luxembourg ne sera pas conventionnée par l'État. En tout cas, pas pour le moment...

L'Église pastafarienne du Luxembourg ne sera pas conventionnée par l'État. En tout cas, pas pour le moment...

Il y a quelques semaines, sur L'essentiel, plusieurs d'entre vous faisaient connaissance avec l'Église luxembourgeoise du Monstre de spaghetti volant, autrement appelé Église pastafarienne. Une communauté de croyants pour le moins originale qui a vu le jour en 963, qui voue un culte aux pâtes et à la bière et qui estime que l'Univers a été créé par le Monstre de spaghetti volant.

Cette religion existe donc depuis plus de 1 000 ans et a fait parler d'elle récemment au Luxembourg via une lettre ouverte adressée à Xavier Bettel, ministre des Cultes. L'Église pastafarienne y réclame «une reconnaissance officielle et une enveloppe financière» au même titre que les six cultes du pays qui ont signé un accord avec l'État en début d'année.

Une religion... et bientôt un parti politique!

Xavier Bettel a pris la peine (ou penne!) de répondre aux pastafariens. Une lettre de trois pages visible sur leur page Facebook et datée du 18 mai. Dans cette réponse au style très sérieux, le ministre DP des Cultes explique que le pastarisme ne sera pas conventionné car les représentants des pastafariens n'ont participé ni au groupe de travail ni aux négociations ayant mené à la conclusion des nouvelles conventions entre les cultes et l'État. Une argumentation que les pastafariens estiment «piètre». Les juristes de l'Église sont actuellement en train d'analyser cette réponse mais le Vicaire Strangozzi a accepté de donner son avis. «Les critères de reconnaissance nous restent toujours mystérieux. Nous exigeons que le gouvernement explique clairement quelles sont les bases de cette reconnaissance», explique-t-il à L'essentiel. Mais «l’État nous prend au sérieux», se réjouit-il.

Pour Xavier Bettel, «l'église pastafarienne ne peut en ce moment accéder au financement public ni à la négociation et conclusion d'une convention». Vous remarquerez la présence du «en ce moment» dans cette dernière phrase. Car même si le Premier ministre dit non au conventionnement de l'Église luxembourgeoise du Monstre de spaghetti volant il ne lui ferme pas la porte au nez. «Votre communauté devra attendre le vote d'une loi sur les religions et le financement des associations cultuelles reconnues sur base des dispositions légales à inscrire dans notre législation pour pouvoir prétendre à un éventuel financement public», détaille-t-il.

«On essayera de figurer dans la prochaine loi sur les religions», promet ainsi le Vicaire Strangozzi. L'Église veut également participer au groupe de travail du cours d'éducation morale et sociale et projette de fonder un parti politique: le Pastafarianeschen Spaghettiveräin (PSV), «qui vise les électeurs monothéistes pratiquants».

(Fatima Rougi/L'essentiel)

Une religion «Made in USA»

Le pastafarisme a été révélé en 2005 par Bobby Henderson. Cette année-là, ce diplômé en physique de l'université d'État de l'Oregon, a décidé d'envoyer une lettre ouverte pour protester contre la décision du comité d'éducation de l'État du Kansas d'autoriser l'enseignement du créationnisme dans les cours de science, au même titre que la théorie de l'évolution. Dans cette lettre, il explique que l'idée d'un monde créé par le Monstre en spaghetti volant n'est pas plus absurde que celle d'un dieu créant l'univers.

Ton opinion