Selon Florentino Perez – «Zinedine Zidane a changé l'histoire du Real»

Publié

Selon Florentino Perez«Zinedine Zidane a changé l'histoire du Real»

Le président des Merengue Florentino Perez ne tarit pas d'éloge sur son entraîneur, trois jours après la onzième victoire du club madrilène en Champions League.

Florentino Pérez tresse des lauriers à Zinédine Zidane qui «a changé l'histoire récente» du club, dans un entretien publié mardi par le quotidien espagnol «Marca». Zidane «symbolise les valeurs du madridisme comme le respect, l'humilité, le talent», dit M. Perez, vantant «un homme très sérieux dans son travail». Comme joueur, coach adjoint puis entraîneur, «Zidane a changé l'histoire récente du Real Madrid», dit-il, dans un long entretien accordé à Marca, journal sportif le plus lu d'Espagne.

En janvier, alors que le message de l'entraîneur Rafael Benitez ne passait plus à la tête d'une équipe première à la dérive, Florentino Perez avait confié les clés de la maison à l'ancien meneur des Bleus. «Quand j'ai parlé avec lui en janvier, il m'a dit: "Tranquille, président, on va gagner quelque chose. C'est sûr". L'autre jour, quand nous nous sommes donné l'accolade, il m'a dit: "on a réussi". Il m'avait dit la même chose en 2002. Il était obsédé par la Ligue des champions.»

«Il a été capable d'unir les joueurs»

Florentino Perez évoque ainsi la victoire du Real en Ligue des champions de 2002 et la volée d'anthologie de Zidane face à Bayer Leverkusen (2-1). Comme entraîneur, «le mérite de Zidane, c'est qu'il a été capable d'unir les joueurs, de créer une harmonie. Dimanche, j'écoutais les joueurs parler de famille, de frères. Ca, c'est le mérite de Zidane». «Quand il y a de grands joueurs, il y en a toujours un qui joue moins, mais même ça, il a su le gérer à la perfection», insiste le président.

Florentino Perez, 69 ans, par ailleurs à la tête du grand groupe de construction ACS, a glissé quelques mots sur son propre avenir comme président du club. «Je ne vais pas être là toute la vie», a-t-il dit, tout en assurant qu'il resterait à son poste tant que les membres du club le voudraient. «Les critiques me motivent beaucoup», ajoute-t-il.

En janvier, la presse espagnole avait exprimé ses doutes sur la nomination de Zidane, du fait de son expérience «limitée et controversée» comme coach, et avait critiqué la «fuite en avant» du club de Florentino Perez qui broyait coach sur coach.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion